accueil  Accueil / commentaire
Tous les commentaires
Les derniers commentaires

Un réglement fait pour des escrocs.

samedi 21 novembre 2015 - 10h15 - Actualité agricole commentée

On donne, on reprend, que de fonctionnaires nécessaires pour que les choses soient justes dans ces manipulations d'argent si compliquées afin de rendre à chaque pays sont du surtout en appliquant des règles d'attributions différentes pour chacun . Mais c'est un moyen sans doute pour permettre à certains fonctionnaires de se servir au passage sans que cela se remarque. Comment s'y retrouver lorsque de l'argent pris en 2014 à l'agriculteur sans qu'il en connaisse le montant, à qui on restitue éventuellement cette somme en 2015. Ou sur le budget 2016 de l'union européenne 500 M d'euros pris pour le plan de soutien à l'élevage. On change la règle d'attribution des aides constamment, comment s'y retrouver sur ce qui nous revient personnellement.

Nicolas
Voir son profil

Travaillez __Prenez de la Peine!!!!!!!

vendredi 20 novembre 2015 - 21h21 - Actualité agricole commentée

Travaillez ,Prenez de la peine...... Mais Pourquoi FAIRE!!! Une retraite minable après tant de peine ,tant de sacrifices...pour crever misérable dans son coin. Si rien n'est fait rapidement ,la fin du monde Paysan est proche et a déjà commencé Ceux ne sont pas quelques "supers exploitations" qui changeront la "donne"

Miel

vendredi 20 novembre 2015 - 21h04 - Actualité agricole commentée

Dans tous les cas, la production de miel a augmenté de plus de 50 % en 2015 et cela malgré la même quantité de pesticides épandus !!! Cherchez l'erreur !!!

pyromane

vendredi 20 novembre 2015 - 17h12 - Actualité agricole commentée

Typiquement le pompier pyromane. Après avoir martelé que l'élevage, "c'est pas bon pour la planète", voilà t-y pas qu'on voit les mêmes dire "mais non, on est là pour vous défendre". N.Hulot devrait prendre des vacances.

Titre

vendredi 20 novembre 2015 - 09h33 - Actualité agricole commentée

* Quand Leclerc déclare haut et fort dans les médias qu'il se bat pour le pouvoir d'achat des consommateurs, il omet de dire qu'il n'oublie pas de remplir ses poches au passage. Et même ça ne le dérange pas du tout, comme tous les commerçants, de gagner plus en revendant un produit, que celui qui a fabriqué ce produit, ce qui devrait être interdit par la loi.

Titre

vendredi 20 novembre 2015 - 08h37 - Actualité agricole commentée

L'Etat est un voleur. S'il manque d'argent, il n'a qu'à faire comme nous: se serrer la ceinture , réduire toutes ses dépenses non indispensables et supprimer tous les postes de fonctionnaires inutiles ou en surnombre.

du pipo oui mais

jeudi 19 novembre 2015 - 09h53 - Actualité agricole commentée

Bien sûr que c'est du pipo, par contre, les taxes et autres contraintes seront elles, bien réelles. Ne croyez pas par exemple que les attaques répétées contre la consommation de viande sont tombées par hasard: juste quelques petites semaines avant COP21. Tout ça pour quoi? Pour lutter contre un réchauffement climatique dont l'origine humaine est très hypothétique. Le battage médiatique autour de cette histoire devrait nous mettre la puce à l'oreille sur la finalité de cet activisme.

Titre

jeudi 19 novembre 2015 - 08h49 - Actualité agricole commentée

Quel pipo. Elle va aussi nous fournir des chevaux pour travailler?

Titre

jeudi 19 novembre 2015 - 08h47 - Actualité agricole commentée

L'Etat oublie qu'il a contribué à la baisse des aides PAC , mettant les exploitations en difficulté (cette baisse n'est pas compensée par une hausse des cours)et il devrait donner l'exemple au niveau fiscal! Il a demandé à la MSA de mettre en place N-1, mais il s'est bien gardé de le faire pour les impôts: en ce moment la moyenne triennale ravage les trésoreries déja exsangues. Quant aux banques, elles font malheureusement leur travail: il est des cas désespérés pour lesquels il est de leur devoir de dire que c'est fichu et qu'il vaut mieux arrêter de s'endetter encore plus sachant qu'il sera impossible de rembourser. On assiste au début d'une faillite de grande ampleurde l'agriculture. Beaucoup vont disparaitre.

Il faut Bien des coupables

mercredi 18 novembre 2015 - 20h28 - Actualité agricole commentée

Déjà je pense que les banques ne sont pas responsables de la crise agricole.cependant elles ont bien évidemment un rôle important pour aider leur client. les idées du gouvernement ont été envoyé un peu comme cela en effet d annoncé. Toutes les mesures et en particulier les années blanches sont loin d être adaptées à tout les cas. Une Année blanche c est bien mais l année prochaine on fait quoi? certains dossiers ont déjà bénéficier il y a quelques mois de prêt de trésorerie ou de divers court termes et il devient dangereux d empiler les mesures! Il faut aussi dire les choses: certains dossiers sont en difficultés depuis belle lurette et ce n'est pas lie à la crise actuelle c est souvent les premiers demandeurs , les mesures actuelles ne sont pas adaptés à ces dossiers mais à part le banquier Personne n ose leur dire en face!

pots cassés

mercredi 18 novembre 2015 - 15h05 - Actualité agricole commentée

l'etat et Bruxelles ont été INCAPABLES de gerer le dossier nouvelle mouture en temps et heure. mais qui paye: les agris!! et pas question de compenser avec la msa ou les impots. je crois que l'on vote les 6 et 13 decembre. LEFOLL, SAPIN, au dodo, au bercail, à la maison !!

michelh77
Voir son profil

propagande

mardi 17 novembre 2015 - 14h19 - Actualité agricole commentée

C'est une dépêche de l'AFP. L'AFP est connue pour "rouler" pour le COP21. Elle n'est pas à un mensonge près. L'assertion sur la "fonte accélérée des glaciers" est grotesque et n'est corroborée par aucune donnée fiable. Déjà, le GIEC en 2007 avait annoncé la disparition de ces glaciers pour 2035, pour se rétracter ensuite et l'annoncer pour...2350. Qu'est ce qu'on inventerait pas pour sauver le soldat COP21, qui, même avant les évènements, avait du plomb dans l'aile.

Meilleur usage des deniers publics.

mardi 17 novembre 2015 - 12h37 - Actualité agricole commentée

Il suffisait d'y penser, prendre l'argent, ou il se trouve, tout en faisant une loi, afin de légaliser le vol. Que d'argent donné d'une main et repris de l'autre. Il n'y a pas de secret, toutes ces manipulations d'argent ne servent qu'à certains de nos dirigeants à se servir au passage. On nous dit, il faut aider le monde agricole, et on leur pique dans la caisse de l'argent qu'ils ont cotisé. Drôle de manière de rééquilibrer les comptes. Il aurait été plus juste, pour un rééquilibrage des ressources du fond au regard de ses dépenses de ne pas toucher à cet argent. Il suffisait de passer la contribution additionnelle de 11% à 0% sur la totalité des primes ou cotisations versées. Cela aurait fait une économie de 120 M euros pour les agriculteurs. Si 115 M euros suffisent pour face à une année normale d'aléas climatiques,320 M euros dans la caisse étaient plus sécurisant, surtout sans contribution de la part des agriculteurs.

Nicolas
Voir son profil

Titre

mardi 17 novembre 2015 - 11h08 - Actualité agricole commentée

Tant mieux pour les propriétaires forestiers qui jusqu'à maintenant se faisaient toujours avoir. De plus si les prix sont bons cela va motiver les exploitants forestiers qui s'occuperont, enfin de leurs bois et cvont chercher à valoriser lma ressource foresdtière; Quand aux négociants europééens, ils n'ont qu'à payer un peu plus et répercuter sur le produit final, et se mettre dans la tête qu'il faudra partager la marge qu'ils confisquiaient totalement jusqu'à maintenant.

Titre

mardi 17 novembre 2015 - 11h03 - Actualité agricole commentée

Dommage que ça ne fasse pas remonter les cours.

non conformité?

lundi 16 novembre 2015 - 15h43 - Actualité agricole commentée

Le dosage de vitamine une pomme de discorde récurrente entre l'administration de contrôle et les fabricants: certaines vitamines sont sensibles (vit A) au temps et la température. Pour arriver aux valeurs étiquettes, on peut sur doser ces vitamines pour tenir compte des pertes à venir. Sauf que c'est interdit par la loi... D'où les non conformités annoncées.

comme c"est beau les coopératives !!!!!

lundi 16 novembre 2015 - 11h06 - Actualité agricole commentée

Encore un bel exemple de la non solidarité des coops avec les éleveurs !! heureusement qu'il y a des privés qui ont autre chose qu'un petit pois dans le cerveau , quand est ce que les paysans vont se réveiller et secouer tout ces dirigeants de coops qui leurs font plus de mal que de bien ? ? ? vive BEULIN ET SES TRUSTS SOI DISANT COOPERATIVES qui deviennent la HONTE de l' AGRICULTURE FRANCAISE ! ! ! ! toutes productions confondues

valdeseine
Voir son profil

dilemme

dimanche 15 novembre 2015 - 10h31 - Actualité agricole commentée

Tout cela semble aller à l'encontre du mouvement bio , amap et écolo que prônent les medias.... alors il faut que les politiques se décident , et vite , sur l'agriculture qu'ils veulent ; les agricuteurs ne pourront rester longtemps le c.l entre deux chaises !!

FCO

samedi 14 novembre 2015 - 09h44 - Actualité agricole commentée

Bravo a ceux qui ont organisé ce fiasco afin de faire baisser les cours a la production :on nous a déja fait le coup !!!!.Mais le prix ne baisse pas sur les étalages pourquoi ???? étonnant qu il n y en a pas en Bretagne ou en Corse

TITOUAN
Voir son profil

@chrisolas

vendredi 13 novembre 2015 - 14h35 - Actualité agricole commentée

Donc, selon vous, c'est irresponsable de rendre un tel avis? Et est ce responsable d'écrire "les pesticides sont tous dangereux pour l'homme...." Il faudrait donc, selon vous, supprimer tous les "pesticides"?, même les pesticides "naturels " comme la bouillie bordelaise? Ne pensez vous pas que les pesticides ont quelques vertus? Tiens, au hasard, nous avons appris que l'espérance de vie ne cessait d'augmenter dans le monde. J'ai la faiblesse de penser que les moyens de protection des plantes ont pu développer les productions et contribuer à la lutte contre la malnutrition. Ce n'est déjà pas si mal.

Titre

vendredi 13 novembre 2015 - 08h48 - Actualité agricole commentée

Ils sont naîfs. On ne peut pas avoir confiance; ce que dit le premier ministre n'est pas forcément appliqué localement par les échelons subalternes de l'Etat; ce qui est dit aujourd'hui pour calmer le jeu avant les élections sera différent demain etselon les départements il ya des fonctionnaires qui veulent briller en étant plus verts que verts.

de quels niveau de prix

vendredi 13 novembre 2015 - 07h49 - Actualité agricole commentée

Les prix français chutent plus vite que la moyenne européenne ? Oui mais de quels niveau de prix dont il est question ? Ce serait intéressant à savoir...

Lamentable!

jeudi 12 novembre 2015 - 19h48 - Actualité agricole commentée

Une nouvelle fois l'EFSA donne son avis en totale irresponsabilité... gangrénée par de puissants lobbies! Les pesticides sont tous dangereux pour l'homme, pour les animaux et pour l'environnement!

Chrisolas
Voir son profil

Titre

jeudi 12 novembre 2015 - 18h23 - Actualité agricole commentée

Génial; mais moi je ne peux pas me payer ces gros machins , vu la taille de mon exploitation; et je pense qu'il y en a beaucoup comme moi.

Que de temps passé à rien par ces parasites.

jeudi 12 novembre 2015 - 13h01 - Actualité agricole commentée

En France les gens payent des impôts d'après le parcellaire cadastrale, la MSA se sert de ce même parcellaire pour nous faire payer des cotisations. Alors pourquoi faire si compliqué, alors que l'on pourrait faire si simple, bien moins couteux, bien plus écologique, si le cadastre était pris comme référence pour verser les aides. Pour faire plaisir au contrôleur, on accepte souvent de perdre un peu de surface ou plus rarement d'en gagner un peu, de toute façon discuter ne sert à rien. Chaque année on garde cette mesure qui a passé l'année précédente, mais pour moi c'est pinailler pour pas grand chose. Il n'y aurait pas tant d'erreur de surface si l'on se servait du cadastre comme référence et au diable si l'on verse une aide à tord pour une haie, pour une mare, pour un arbre... La somme à partager restant la même personne n'y perdrait beaucoup, au contraire moins de tracasserie, moins de temps perdu, pour les agriculteurs. Cela éviterait à l'administration de prendre une piste de motocross comme terre arable... Le contrôleur n'aurait que la fraude manifeste à sanctionner...

Nicolas
Voir son profil

gosplan

jeudi 12 novembre 2015 - 11h06 - Actualité agricole commentée

ça ressemble furieusement aux Gosplan de l'Union soviétique: des objectifs chiffrés (le papier ne refuse pas l'encre) inatteignables car dépendant des conditions individuelles. Remarquez, on peut y arriver mais ce sera au prix d'un effondrement de la production. Dans le même genre, dans le cadre du Clean Air Act, la Californie avait prévu une baisse drastique des "polluants" automobiles, fin des années 80, ce qui devait obliger les habitants à rouler en voiture électrique dans les années 2000. On voit bien le résultat, ou plutôt, l'absence de résultats, quand les objectifs sont irréalisables.

Titre

mercredi 11 novembre 2015 - 09h18 - Actualité agricole commentée

Si on traite et qu'on met des produits c'est déjà après réflexion et par nécessité. Vouloir réduire cela de façon mathématique n'a pas de sens. Si on ne le fait pas, on n'a plus rien à vendre et donc pas de revenu. S'ils veulentque cela marche il faudra assurer le revenu (indépendament d marché mondial) soit des primes pour récompenser ceux qui le feront, soit maintenir les cours des produits agricoles élevés (il faut qu'un blé à 55 quintaux rapporte la m^meme chose qu'un blé à 75 quintaux à 190 euros la tonne.) Pour l'instant personne ne pense au revenu des agriculteurs quand sont décidées des contraintes environnementales; c'est jusqu'à maintenant à leurs frais et sans compensation au niveau du revenu. C'est pour ça que ça coince.

Titre

mercredi 11 novembre 2015 - 00h24 - Actualité agricole commentée

C'est juste l'évolution naturelle du monde agricole depuis des décennies ... Les gros seront toujours plus gros (grâce a des fonds extérieurs à l'agriculture d'ailleurs) et les petits disparaîtront (c'est un peu caricatural mais réaliste dans 80% des cas). Les baisses de soutien de la PAC, aux céréaliers comme aux éleveurs, ne font qu'accélérer le phénomène. Les politiques se moquent bien de l'évolution de l'agriculture. Seuls les électeurs comptent ... Et pour les satisfaire, ils ajoutent des contraintes environnementales, administratives, économiques ... en contre-partie qq subventions (à peine le smic/travailleur) pour éviter trop de manifs. Et pour le reste : rien, néant. Pas de vision économique (la concurrence, c quoi ça ?) mais des normes (c pas nous, c le consommateur qui veut être rassuré) ... Vous ne vous en sortez pas ? Comment ça ? Faites du local, du bio, arrêtez de produire pour l'exportation ... ils ont juste oublié que ce type d'agriculture ne pourrait pas s'appliquer à 100% du territoire et de la production agricole. Cl° : des gros toujours plus gros (pê concurrentiels) et des petits qui disparaissent sauf les quelques uns lancés dans les circuits courts et autres diversifications. Reste à chacun à avancer ces pions dans ce contexte.

partipris

mardi 10 novembre 2015 - 22h11 - Actualité agricole commentée

Il y a quand meme un parti pris a associer les mots pesticides et poison ...; quand un medecin prescrit des médocs parle t on de pesticides ? ; on pourrait dire qu'un verger "soigné" est en meilleur état qu'un verger sans soins ...; faut voir la gueule de certaines cultures bio ... ; pourquoi parler de sols "remplis " de pesticides... (les résidus sont recherchés en parties par million ! ) Ce qui est contaminé c'est surtout les esprits , par la propagande ecolo qui a désormais atteind les institutions ..., en premier lieu certaines qui outre la justice aiment bien faire de la politique..

Souhaitons...

mardi 10 novembre 2015 - 10h18 - Actualité agricole commentée

A la solidarité une rentabilité nécessaire aux éleveurs... Notre agriculture a un demi siècle de retard...des exploitations dont on ne connait jamais la rémunération des heures de travail fournies par des hommes vaillants et de talents.. Une main d oeuvre souvent familiale, parents notamment qui travaillent pour la croute avec des retraites de misère...de quoi écrire des livres.

berber40
Voir son profil

Maintien de l'article 4ter

mardi 10 novembre 2015 - 10h05 - Actualité agricole commentée

Pour information, l'article 4ter en question a fianlement été maintenu par la commission des affaires sociales le 9 novembre 2015.

LEGTA68
Voir son profil

Ce qui était prévisible se concrétise

mardi 10 novembre 2015 - 08h59 - Actualité agricole commentée

Un tiers d'exploitation en moins en dix ans et toujours autant de lait, avec un prix toujours plus bas, chercher l'erreur.... Investissez, travaillez plus, et vous gagnerez moins, voila ce que veulent nos dirigeants, certains l'on déjà compris et se lancent à fond. Il est dommage que nos dirigeants ne se soient jamais rendu compte que l'exploitation polyculture élevage était la forme la plus normale d'une ferme. Production de fumier pour fertiliser les champs, ce qui a permis durant des siècles de ne pas détruire les sols comme actuellement.... A taille humaine, à condition de bien en vivre, ces fermes pour ceux qui aimaient le métier, étaient une fierté à transmettre de génération en génération. Actuellement ce manque de visibilité sur l'avenir, cette spoliation du travail de la ferme, fait que le paysan est devenu un malheureux qui voit sa fortune s'amoindrir ou lui même disparaitre sous les dettes... Ce qui est sur, jamais content, jamais heureux ou rarement, comme lorsque les enfants se marient et quittent le nid... Triste situation pour les générations futures, à recevoir en héritage. L'agriculture de montagne, la petite exploitation auraient méritées d'être beaucoup mieux protégées afin de perdurer, et non pas attendre que les parents prennent la retraite pour les voir disparaitre progressivement à cause de la réglementation et du manque de revenu... Ce n'est pas avec des normes que l'on produit la qualité, mais avec un savoir faire que l'on est entrain de faire disparaitre.... Nous ne sommes pas en Amérique pour accepter le gigantisme que l'on veut nous imposer...

Nicolas
Voir son profil

Ah vivement que la COP21 soit passée

mardi 10 novembre 2015 - 07h51 - Actualité agricole commentée

Pour ma part je pense que ce Monsieur M DUFUMIER, si comptable des émissions de CO2, en plus, en moins, circuits courts, circuits longs.. n'a peut être pas comptabilisé les émissions de CO2 qu'il peut émettre lui même à s'agiter tout le temps comme ça. Ah vivement que la COP21 soit passée et qu'enfin les vrais spécialistes et scientifiques évaluent la situation avec le recul nécessaire.

Dufumier.

lundi 09 novembre 2015 - 16h40 - Actualité agricole commentée

Marc Dufumier est certes, diplômé en agronomie mais est plutôt économiste, la technique, ce n'est pas trop son truc. Effectivement, les circuits courts ne sont pas la panacée, mais alors que dire du retour de l'élevage dans le bassin parisien? En général, l’élevage se développe dans les contrées où la concurrence avec les productions végétales n'est pas trop forte (contexte pédoclimatique, main d’œuvre etc...), alors, retour de l’élevage dans le BP, quelle blague. Tout ça parce que son modèle est construit sur un modèle de phobie des transports, forcément générateur des gaz à effet de serre dont on nous serine à longueur de journées les terribles méfaits à venir dans 50 ou 100 ans (tremblez mes frères, la fin du monde est proche si vous ne vous repentez pas). J'exagère à peine, écoutez N.Hulot (dont M.Dufumier est membre du comité scientifique de sa fondation).

L'accaparement des terre se passe bien.

lundi 09 novembre 2015 - 16h16 - Actualité agricole commentée

Voila ce que veulent nos dirigeants, nous mettre sur la paille pour nous prendre nos terres. Certains comme quilucru, fox40, ou crocodile 40 doivent être content de voir que la situation évolue comme ils le souhaitent. L'accaparement des terres s'inscrit dans une concentration agraire qui aboutit à des exploitations agricoles atteignant une taille gigantesque. Ils en espéraient sans doute pas tant, surtout si vite, mais sa vient, ils vont pouvoir s'agrandir.(s'ils le peuvent....) Pour ceux qui qui aime ce genre d'exploitations lorsqu'ils seront expropriés de leurs terres, on les prendra peut être comme salariés sur leurs anciennes terres. Certains pensaient qu'il fallait savoir évoluer et ne pas rester avec de petites fermes, pour pouvoir investir il faut toujours grossir pensaient ils, ils vont être comblés, on y vient... Quel bel avenir en perspective pour ce beau métier qui sait si bien évoluer... Vivement la retraite, même misérable, c'est mieux que moins que rien....

Nicolas
Voir son profil

Une association signale, ce qui est accepté..

lundi 09 novembre 2015 - 15h09 - Actualité agricole commentée

Les fraudes existe depuis toujours mais pas à une telle échelle. Les entreprises de transformation sont si grosses, les conteneurs si nombreux, les contrôleurs si peu nombreux, qu'il est impossible de contrôler sérieusement les produits transformés. Pour garantir que les fabricants de produits alimentaires répondent bien à la législation, il serait indispensable que des contrôleurs travaillent en permanence dans ces usines comme ouvriers polyvalents vingt quatre heures sur vingt quatre. Infliger en cas de fraudes de lourdes amendes à ces entreprises véreuses et récompenser en conséquence celui qui a découvert la malversation. Le consommateur ne peut se fier aux étiquettes collées sur de nombreux produits à base de viande ou autre et cela va perdurer encore longtemps.... Car à l'heure actuelle tout est fait pour favoriser la fraude et non pour la combattre sérieusement. La traçabilité est une contrainte pour les producteurs, mais que le consommateur ne retrouve pas dans ces achats. La mondialisation n'est pas faite pour améliorer la nature, la provenance du produit et encore moins sa qualité...

Nicolas
Voir son profil

Pestiicides = Cancer

vendredi 06 novembre 2015 - 21h51 - Actualité agricole commentée

C'est un slogan que l'on commence à voir. Nous, producteurs, serions les premières victimes de diffèrentes maladies ( certains cancers , lymphone, ou autres maldies neurodégeneratrices ..). Il est urgent que les utilisateurs d'abord et les consommateurs ensuite soient informés de la dangerosité de ces produits !

Pascal Canfin

vendredi 06 novembre 2015 - 14h11 - Actualité agricole commentée

LE spécialiste en tout. Diplômé IEP, ancien ministre grâce à des petits arrangements entre amis. ça fouette du chaton mignon (et festif). Au fait, il est venu comment notre Pascal? Parce que de Paris au Pays Basque, ce n'est pas la porte à côté.

@nicolas

vendredi 06 novembre 2015 - 14h08 - Actualité agricole commentée

"Nous n'en voulons pas". parlez pour vous, mais pas au nom des autres SVP. "seul l'argent dirige" : effectivement, j'ai voulu payer ma baguette avec une blague,mais ça n'a pas marché. Mort au système...lol

Soyons discrets, ne pas faire la une des.....

vendredi 06 novembre 2015 - 10h07 - Actualité agricole commentée

Les industrielles acceptent la position des 19 états qui ont dit non à la culture d'OGM, à cause que le sujet est trop sensible vis à vis des opinions publiques. Surtout en sachant que ces braves gens ou leurs animaux en consomment pour la plus part sans le savoir. D'un autre coté moins de producteur d'OGM permet de maintenir les cours élevés. Pour quelle raison a t'on fait le choix d'accepter d'en importer alors que nous n'en voulons pas. Pour nous faire comprendre que nous ne décidons de rien, la démocratie n'existe plus, l'argent seul dirige...

Nicolas
Voir son profil

La FNB de retour de vacances.

vendredi 06 novembre 2015 - 09h32 - Actualité agricole commentée

Bigard est comme Leclerc le nom d'une personne qui a donné son nom à une société, mais tous deux sont uniquement des représentants médiatiques, qui ont très peu de pouvoir de décision, ils sont la uniquement pour que la société fasse plus de profits grâce à leur charisme. S'il venait à ne plus remplir leur rôle il serait immédiatement mis à l'écart. Ce sont les actionnaires les vrais décideurs, qui en coulisse donnent leurs instructions et qu'on ne voit jamais. Alors s'attaquer uniquement aux produits Charal n'est pas logique, étant donné que les autres transformateurs font la même chose, à moins qu'ils versent un chèque à la bonne personne afin d'être protégé. Ou peut être que cette action n'est faite que pour calmer les éleveurs qui n'en peuvent plus... Même si cette action symbolique venait à donner un maigre résultat pour les éleveurs, rien n'est toujours fait pour un prix rémunérateur dans la durée. S'interroger sur la répartition des marges de la part de Dominique Daul est surprenant, car cela fait des années que cela est la réalité. Ce qui est grave c'est d'avoir cautionné cet état de fait sans réagir aussi longtemps, pire ne pas avoir fait légiférer pour qu'il en soit autrement, tant qu'il en était encore temps. Alors que maintenant toutes ces discussions n'ont aucun sens, puisque légalement les transformateurs n'ont pas obligation à accepter ou respecter un accord dans la durée et rien ne les oblige à accorder le moindre centime à l'éleveur. Cela n'est que le début de ce qui attend les producteurs, alors ne rêvez pas trop, encore une fois on vous amuse pour vous calmer uniquement....

Nicolas
Voir son profil

Baisse du volume d'activité?

vendredi 06 novembre 2015 - 07h57 - Actualité agricole commentée

Baisse du volume d'activité? et pourtant dans nos zones rurales éloignées, la distribution du courrier devient de plus en plus aléatoire. Il suffit que sur le secteur de distribution il y ait un arrêt maladie ou des congés, pour que le facteur passe tous les deux jours.. Alors confier des produits alimentaire à la poste? il ne faudra pas que ces produits aient une DLC de 3 jours..

Cherchez l'erreur

vendredi 06 novembre 2015 - 07h43 - Actualité agricole commentée

IL y a surproduction de lait, de céréales.. et les prix mondiaux augmentent. A se taper le ... par terre.

remise gracieuse taxe foncière

vendredi 06 novembre 2015 - 07h11 - Actualité agricole commentée

Bonjour à tous, Cette demande je l'ai faite, je suis éleveur et propriétaire d'une quarantaine d'ha, eh bien vous n'allez pas me croire, parce que le gouvernement mets tout en oeuvre pour aider ses agriculteurs, pour un montant de près de 3200€ de taxes la remise est tenez vous bien de... 18€. Je dis bravo à nos chers politiques pour les paroles tenues, eux qui cumuls les avantages et qui bénéficieront d'une retraite confortable. pays de .....

porbreiz
Voir son profil

les français se doivent d'etre solidaires

jeudi 05 novembre 2015 - 20h55 - Actualité agricole commentée

* Message: oui nous devrions pouvoir boicoter "tous les produits Bigard" là cette firme verrait que il y a des limites à l'exploitations des fournisseurs ! et un jour il faudra en faire de meme avec l ETAT Français

richard68
Voir son profil

Revaloriser mais pas uniquement en paroles.

jeudi 05 novembre 2015 - 12h09 - Actualité agricole commentée

Il serait normal de revaloriser la place des agriculteurs dans la chaine alimentaire. Si en 1946 le développement agricole devait se faire avec les paysans, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Ce n'est pas une crise morale liée à la reconnaissance de la profession agricole au sein des filières agroalimentaires qui est le problème, puisque celle ci ne peut plus exister à cause de la mondialisation. La cause c'est la liberté des prix, la libre circulation, et acheter au prix le plus bas, la discussion avec le producteur local n'a plus aucun sens, n'est plus possible légalement. Pourquoi un actionnaire discuterait pour gagner moins puisque rien ne l'oblige à réduire sa part de gâteau, lui n'a plus besoin du producteur. Pour lui la charité chrétienne est terminée depuis longtemps. La honte c'est d'entendre dire par le syndicat majoritaire, la fin des quotas est l'occasion de renforcer le rôle des organisations professionnelles, alors qu'elles continuent de nous mener à l'abattoir, en ne réglant pas durablement le prix rémunérateur au producteur. Faire croire que l'agriculteur ne doit plus être regardé comme un simple producteur de matières premières, alors que c'est ce qu'il est uniquement, mais comme un acteur à part entière dans les filières, ce qui serait normal, est faux actuellement. Ne pas mentionner qu'il est impossible à cause de la législation, de la loi qui n'est pas ce que l'on voudrait entendre, un producteur ne doit décider de rien, c'est ce qui doit s'appliquer et c'est ce qui s'applique. Pour faire bouger,il ne suffit pas de dire, mais de vouloir réellement ce que l'on veut, pour cela il faut parler de changer la réglementation, afin d'être un peu plus crédible. Une contractualisation tripartite serait normale, mais impossible, car les producteurs ne sont plus nécessaire, sauf s'ils acceptent de vendre au prix le plus bas du marché mondial, nous y sommes bientôt... C'est cela la vérité, si nous ne changeons pas les règles, notre avenir continuera de disparaitre. Ce qui est grave c'est que l'on nous mène en bateau, et que personne ne dit rien. Ne pas voir, ni sentir, qui dit la vérité pour nous ouvrir les yeux, c'est plutôt surprenant pour un bon paysan....

Nicolas
Voir son profil

Titre

jeudi 05 novembre 2015 - 08h36 - Actualité agricole commentée

S'ils veulent que ça marche, ils n'ont qu'à compenser intégralement les pertes de revenu des agriculteurs (s'il y en a et avec la base d'un blé à 190 euros pour l'agriculteur) si la production baisse (probable), que les prix ne compensent pas cette perte (probable aussi) , que les aides baissent dans le meme temps (c'est prévu pour 2020) et que les charges continuent d'augmenter (pour l'environnemental, le fiscal (fiscalité locale)et le social notamment). Il ne faut pas oublier que nos revenus sont historiquement au plus bas (voire nuls ou négatifs) et que le stade suivant c'est la faillite!. De plus les banques commencent à faire la grimace quand ils nous voient: alors l'investissement ne pourra se faire que si notre situation s'améliore (notez aussi que la hausse des impôts nous a volé la trésorerie destinée d'investissement): bref la situation se bloque En l'etat actuel de notre situation M. Le Foll rêve.

Titre

mercredi 04 novembre 2015 - 18h03 - Actualité agricole commentée

Encore une usine à gaz. On n'utilise pas ces produits quand ça n'est pas nécessaire. Est ce qu'ils vont arriver à amettre ça avec leur cerveau diminué. Une réduction mathématique de l'utilisation des produits phyto ne rime à rien, car déconnectée des nécessités du terrain Et puis, ils n'ont qu'à distribuer des primes à ceux qui le feront pour compenser intégralement leur perte de production et de revenu: a ce moment là ça marchera peut-être. La carotte fonctionne mieux que le baton.

la folie des grandeurs (sans louis de funès!)

mercredi 04 novembre 2015 - 17h13 - Actualité agricole commentée

Si les grosses fermes sont si performantes il n'y a qu'a leur suprimer les aides PAC!!!

lucide40
Voir son profil

@nicolas

mercredi 04 novembre 2015 - 14h03 - Actualité agricole commentée

Anecdote de Alfred Sauvy: "Accompagnant un ministre sur le site de grands travaux, il avait entendu celui-ci lui dire, en voyant des bulldozers au travail « Impressionnant, mais imaginez combien d’hommes on pourrait utiliser si à la place de ces machines, les travailleurs avaient des pelles ». Ce a quoi Alfred Sauvy avait répondu : « Monsieur le Ministre, imaginez s’ils avaient des petites cuillères » . Alors, pourquoi pas des fermes de 20 ha? soyons fous...

Autres sujets



SERVICES EXPERTS

>Première inscription

Je suis déjà inscrit :
Mon identifiant :
Mon mot de passe :  
| Aide |
puce Identifiants oubliés ?
puce Toutes les offres d'abonnement
> Feuilletez un ancien numéro

SONDAGE

Santé animale : avez-vous enregistré des cas d'antibiorésistance dans votre élevage ?

> Tous les Sondages
Les sujets
LES PLUS LUS

Archives de
La France Agricole

Recherchez

dans les archives de la France Agricole et

Feuilletez

les numéros depuis 2004

Suivez La France Agricole :
la France Agricole sur Facebook La France Agricole sur twitter La France Agricole sur Google +

Nos offres d'abonnement
simples ou couplées,
à nos publications
hebdomadaires
et mensuelles

> Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK